Départ gourmand pour les sports d’hiver

jeté de canapé
Boutis, joli boutis…
septembre 16, 2015
voyage temporel
Le renouveau du nouvel an
septembre 16, 2015
les sports d’hiver

J’ai ressorti ma vieille combinaison de ski aux couleurs «flashy», ma grosse doudoune ainsi que mes moon-boots. Direction la montagne. Avec quelques amis, nous avons loué un petit chalet typique dans les Alpes. Après les exploits mais aussi les chutes de chacun sur les pistes de ski, il est agréable de se détendre autour d’un bon petit plat, de jeux ou autres activités. Après l’effort, le réconfort ! C’est aussi ça les sports d’hiver.

Un réconfort bien mérité !

17 heures. Après avoir skié toute la journée, nous ne rêvons que d’une chose : de la chaleur ! Nos doigts sont gourds et nos pieds gelés. En arrivant au chalet, c’est au premier qui ôtera le plus vite sa combinaison et revêtira de chauds et douillets vêtements. Ensuite, nous nous empressons de préparer le traditionnel vin chaud avec ses épices enivrantes et réconfortantes, que nous dégustons tranquillement au coin du feu. Temps calme pour tout le monde. Si certains feuillettent un livre, d’autres s’adonnent à une partie de cartes, histoire de mettre l’ambiance.

Plus typique qu’un appartement, il est tellement agréable à vivre… Ce chalet, son décor montagnard, une déco ultra chaleureuse, ça fait rêver ! Du bois, du bois et encore du bois. Du sol au plafond en passant par les meubles, il est partout, de différentes sortes et donne un effet authentique à la pièce.  Avec des touches de rouge (évidemment), du marron et du blanc sur les murs, la couleur vient agrémenter le bois et lui donne plus de puissance. Si par chance, le chalet dispose d’une cheminée, il faut en profiter : elle doit être l’élément central pour que l’on puisse s’y retrouver après nos périples extérieurs. Une déco chaleureuse ornée de petits motifs coeurs et sapins en tissus ou en bois qui appellent au confort et au réconfort. Cela me donne d’ailleurs quelques idées déco pour mon chez moi !

Se faire dorloter…

Patinoire de Haute savoie

En fin d’après-midi, il y a ceux qui ont encore l’énergie (et le courage) d’affronter le froid pour titiller la glace sur la patinoire extérieure de la station. Figures, glissades et chutes aussi… c’est un moment de franche rigolade. Et il y a ceux (comme moi) qui préfèrent aller se détendre dans un sauna. Quoi de mieux pour chasser la fatigue et favoriser l’hygiène du corps ? La chaleur a ce pouvoir d’ouvrir les pores et de permettre au sang d’éliminer les toxines. Surtout qu’après une journée de ski, le sauna permet de relâcher les muscles pour une détente optimale. On en ressort comme sur un petit nuage… Et je dois dire qu’entre copines, c’est la convivialité assurée !

Autour de la table, le fromage est à l’honneur

Après une journée riche en émotions, nous avons plaisir à nous retrouver autour d’une grande tablée pour la fameuse et célèbre tartiflette ! Conviviale et authentique, elle se révèle être un produit incontournable du terroir de la montagne. Apparue dans les années 1980 dans les pays de Savoie, elle devait accroître la renommée de son ingrédient phare : le reblochon. Pari réussi ! Très consistante, elle est la bienvenue après tant d’efforts. Des pommes de terre, des lardons fumés, des oignons émincés, quelques condiments et du reblochon… Nos yeux pétillent et nos narines frétillent devant ce plat aussi croustillant que fondant.

Dans la semaine, nous craquerons aussi pour une petite fondue savoyarde: un mélange de gruyère, beaufort, comté et une pointe de vin dans lequel nous trempons nos petits bouts de pain. C’est la première fois que nous la préparons. Petite astuce au cas où elle serait trop liquide : mélanger une cuillère de Maïzena dans un peu d’eau froide et l’incorporer à la fondue. À essayer ! Un plat fédérateur accompagné d’un petit verre de kirsch autour duquel il fait bon se retrouver et narrer nos expériences montagnardes de la semaine.

Dans trois jours, nous avons également réservé l’heure du déjeuner pour aller voir Michel, un aubergiste en haut des pistes qui nous préparera sa fameuse raclette. Ne songez même pas à cet appareil électrique que l’on a tous dans nos placards autour duquel nous chauffons notre bout de fromage. Non, Michel nous attend avec sa meule de fromage au lait de vache qu’il fait fondre à la cendre et racle ensuite au-dessus de nos assiettes. Accompagnée de vin blanc, de pommes de terre et d’un assortiment typique et varié de charcuterie, c’est un festin de roi qui nous attend !
Et en dessert, notre hôte nous servira les traditionnelles tartes de la montagne.
J’hésite encore entre le mélange acidulé/sucré de la tarte aux myrtilles et le fondant de la tarte aux noix si réconfortante…

Nous avons également hâte de tester toutes les spécialités du coin. La station regorge de petites échoppes aux produits régionaux. Tuiles, bricelets, confitures au lait… Je sens que nos valises repartiront plus remplies qu’à l’aller.

J’en conviens, nous ne sommes pas partis pour une semaine «light»,  mais nous découvrons avec plaisir (et gourmandise) le patrimoine gastronomique du coin. La chaleur et la convivialité de ces plats réchauffent l’atmosphère et nous apportent un grand bol de réconfort après avoir passé nos journées à l’extérieur.

Aaah, l’air de la montagne ! Quoi de plus vivifiant pour une petite citadine comme moi? Convivialité, authenticité, détente… Ce séjour dépaysant, nous l’avons apprécié tant par les yeux que par les papilles. Nos batteries sont rechargées jusqu’à l’été où nous décollerons sûrement pour un autre voyage gourmand.